Foire aux question

FOIRE AUX QUESTIONS GÉNÉRALES SUR LE VERRE

Pratiquement tout le verre produit dans les pays industrialisés est fabriqué à l'aide du « procédé de verre flotté ». Les matériaux qui composent le verre, principalement du sable de silice, du carbonate de soude et du calcaire, sont fondus dans une fournaise, puis coulés dans un bain d'étain en fusion. Le verre se forme et refroidit graduellement pendant sa transition vers l'étendrie, laquelle est une chambre de refroidissement contrôlée. Ce verre recuit passe alors par un processus sur rubans en continu, où il est finalement coupé aux dimensions requises puis emballé.

Le verre recuit peut être fabriqué selon bien des méthodes. Divers types de revêtements peuvent être appliqués pour obtenir des effets visuels variés et des propriétés optiques différentes. Le verre peut aussi être thermotraité afin d'accroître sa résistance et d'en faire un vitrage de sécurité. Le verre peut être intégré à une unité de vitrage isolant, c'est-à-dire qu'au moins deux parois de verre sont utilisées et séparées d'un espace d'air sec afin d'augmenter ses propriétés isolantes.
Le verre flotté, aussi appelé verre recuit, est le type de verre le plus courant. Le verre flotté peut être clair ou teinté.

FOIRE AUX QUESTIONS SUR LE CLIMAT ET L'ENVIRONNEMENT

Au sud, la conception des fenêtres doit tenir compte de l'apport de chaleur par rayonnement solaire afin d'aider à réduire les besoins de climatisation. Par conséquent, les vitrages devraient présenter un bas coefficient d'apport par rayonnement solaire ou un bas coefficient d'ombrage; le rendement isolant ou le coefficient de transmission de chaleur (coefficient K) est de moindre importance. Le verre à vitre à contrôle solaire Solarban low-e de PPG est donc idéal pour les climats plus chauds.
Non. Le verre à revêtement low-e fonctionne sous tous les climats. Le revêtement low-e permet de réduire la perte de chaleur intérieure à travers le vitrage, réduisant ainsi les coûts de chauffage et l'énergie nécessaire pour le chauffage des bâtiments. Qui plus est, le revêtement low-e procure un contrôle solaire qui permet de diminuer le gain de chaleur occasionné à la fois par la transmission de l'énergie solaire et par la conduction de chaleur qui se produit lorsque les températures intérieures et extérieures sont différentes. Les charges de refroidissement sont donc réduites ce qui, conséquemment, diminue les coûts et l'énergie liés à la climatisation.
C'est une question de provenance de la chaleur : en été, la chaleur vient de l'extérieur, et en hiver elle vient de l'intérieur. Le verre low-e de PPG conserve la chaleur là où on en a besoin. En hiver, le verre low-e de PPG conserve davantage de chaleur à l'intérieur en réduisant les pertes de chaleur à travers le vitrage, ce qui contribue ainsi à réduire les factures de chauffage. Une partie de la chaleur (le rayonnement infrarouge à grandes longueurs d'onde) ne peut entrer dans la résidence ni en sortir, mais la quantité de chaleur conservée à l'intérieur constitue un net avantage, car il y a beaucoup moins de perte de chaleur. Certains rayons infrarouges à ondes courtes peuvent tout de même pénétrer dans la résidence et sont transformés en rayons thermiques à grande longueur d'onde. En été, le verre low-e de PPG réduit la quantité de chaleur directe qui entre par la fenêtre, réduisant ainsi l'apport de chaleur par rayonnement solaire, ce qui contribue à réduire les coûts de climatisation.
Le revêtement Sungate fonctionne 24 heures sur 24. En hiver, il réfléchit la chaleur (l'énergie de rayonnement infrarouge à grandes longueurs d'onde) vers l'intérieur, le jour comme la nuit. Les revêtements low-e ne font aucune différence entre la chaleur du système de chauffage et la chaleur créée par l'énergie solaire puisqu'elles sont toutes deux absorbées et réémises du côté d'où elles proviennent.

FOIRE AUX QUESTIONS GÉNÉRALES

D'abord, la chaleur est transmise de trois façons : par conduction, par convection et par rayonnement. Les revêtements Sungate et Solarban n'ont un impact que sur le transfert de chaleur par rayonnement. Les revêtements intègrent une couche métallique d'une extrême minceur qui réfléchit l'énergie par rayonnement (la chaleur), un peu comme un miroir reflète la lumière.
De nombreux facteurs doivent être considérés, dont le revêtement low-e du verre, l'énergie solaire disponible et l'angle d'incidence (saison, latitude), les facteurs environnementaux comme la température, l'humidité relative, les contaminants potentiels et le type de plante. Un spécialiste en horticulture pourra répondre à ce type de questions avec plus de précision.
Un certain nombre de facteurs peuvent avoir une influence sur le délai de rentabilité de l'achat des vitrages low-e par les économies de chauffage et de climatisation. Il faut évaluer la différence entre le coût d'achat des fenêtres en verre clair et celui des fenêtres en verre perfectionné. Les facteurs de rentabilité suivants doivent être pris en compte :
  • La qualité d'installation de la fenêtre
  • La qualité de fabrication de la fenêtre
  • La température (chaude ou froide) de la saison comparativement à la normale, particulièrement en hiver
  • L'ouverture des fenêtres en hiver
  • L'ombrage que procurent les arbres ou les stores
  • La position géographique
L'apparence est légèrement différente, mais elle est extrêmement difficile à percevoir entre les diverses fenêtres d'une résidence. Néanmoins, si une paroi de verre low-e est installée à proximité directe d'une paroi en verre clair, il y a de fortes chances que la nuance soit visible.
Au début, les propriétaires résidentiels peuvent remarquer une légère diminution dans l'intensité de la lumière qui pénètre dans leur résidence comparativement à leurs anciennes fenêtres. Selon la plupart des gens qui ont remplacé leurs fenêtres en verre clair par des fenêtres en verre low-e, le verre low-e offre un plus grand confort lorsque les rayons du soleil traversent le vitrage car la chaleur ressentie et l'éblouissement par le soleil sont diminués. Le vitrage isolant doté de verre à contrôle solaire Solarban® 60 low-e transmet environ 13 % moins de lumière visible qu'un vitrage isolant clair sans revêtement, et environ 48 % moins d'énergie solaire totale.
Le verre low-e de PPG peut améliorer le rendement des fenêtres dans tous les aspects de leur exposition tout au long de l'année. Par exemple :
  • En hiver, les vitrages en verre low-e peuvent s'avérer particulièrement utiles sur les fenêtres orientées au nord car ce type de verre résiste aux pertes de chaleur quelle que soit l'orientation de la fenêtre.
  • Le verre low-e de PPG est utile dans les fenêtres orientées au sud, à l'est et à l'ouest car il aide à réduire la transmission d'énergie solaire.
  • Le verre low-e de PPG contribue à empêcher les pertes de chaleur même la nuit, quel que soit le type d'exposition de la fenêtre, ce qui permet de réduire les coûts de chauffage.

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L'ENTRETIEN DU VERRE LOW-E

Aucun entretien n'est requis car tous les revêtements low-e MSVD de PPG doivent être scellés dans un vitrage isolant. Lorsque le verre Sungate 400 low-e est utilisé dans un vitrage simple ou dans une contre-fenêtre, la procédure normale de nettoyage avec une solution de 50 % d'eau et 50 % d'alcool isopropylique est recommandée.
Non. La surface du verre où est appliqué le revêtement low-e est orientée vers l'intérieur du vitrage, lequel est scellé. Le revêtement low-e n'est donc pas exposé à l'environnement. Par conséquent, les surfaces intérieures et extérieures du vitrage isolant n'ont aucun revêtement et peuvent être nettoyées comme le verre ordinaire.

FOIRE AUX QUESTIONS SUR LES GAZ ISOLANTS

Le gaz argon qui se trouve dans les vitrages isolants est sans danger. L'argon est un gaz inerte qui se trouve en petites quantités dans l'air que nous respirons. Il n'est ni toxique, ni nocif pour les humains.
Le krypton est aussi un gaz inerte. Le krypton est semblable à l'argon, mais il est trois fois plus lourd et offre un meilleur rendement thermique.

FOIRE AUX QUESTIONS SUR LA LUMIÈRE ET L'ÉNERGIE

L'énergie de rayonnement infrarouge à ondes courtes provient directement du soleil mais n'est pas ressentie sous forme de chaleur. Elle se transforme en chaleur lorsqu'elle frappe un objet. L'énergie de rayonnement infrarouge à ondes longues est en fait la chaleur réémise d'un objet qu'ont frappé des ondes courtes. Par exemple, le tableau de bord brûlant d'un véhicule, ou bien une route ou un trottoir chaud d'où on voit souvent la chaleur réémise de la surface.
Non. Toute source de chaleur qui consomme et brûle du combustible fossile, comme une fournaise ou un moteur, émet de l'énergie infrarouge à ondes longues. Tout objet exposé au rayonnement infrarouge à ondes courtes, comme un trottoir, une route ou un appui de fenêtre, émettra aussi de l'énergie infrarouge à ondes longues.
L'énergie du soleil, ou l'énergie solaire, comprend l'énergie ultraviolette, visible et infrarouge. La lumière ultraviolette, ou UV, est une énergie à ondes courtes, dont la longueur d'onde est de 290 à 380 nanomètres. Elle est invisible et compte pour environ 3 % de l'énergie solaire qui atteint notre planète. Un vitrage isolant d'une épaisseur de 2,5 cm doté de verre à contrôle solaire Solarban® 60 low-e ne laisse pénétrer qu'environ 14 % des rayons UV qui atteignent la surface de la Terre et sont susceptibles de traverser les vitrages isolants.
Vous voulez en savoir plus sur les vitrages? Visitez le Centre d'éducation sur le verre de PPG
Pour en savoir plus, visitez le Centre d'éducation sur le verre commercial de PPG; vous y trouverez des vidéos, des articles, des définitions, une foire aux questions, des résumés graphiques et de courts diaporamas offrant de l'information conviviale et facile à comprendre sur la conception, le choix et la construction en lien avec le verre commercial.
Plus d'information